Texte à méditer :  

Rien ne sert de combattre l'abstention, il faut faire renaître la participation.   

  
Membres du collectif
Analyses
Visites

 197494 visiteurs

 1 visiteur en ligne

Vous êtes sur le site ...

...du collectif ‘Citoyens européens pour le vote blanc’

CEVB Avenue Joseph Baeck 46 Brussels 1080


En Irlande comme en France, on doit se préparer à la modernité mais on le fait à un train de sénateur. Les citoyens irlandais apparaissent plus prompts à s’adapter au monde nouveau que leurs dirigeants ; plus prompts que nous en tous les cas. L’association ‘none of the above’, sise à Dublin, défend très précisément l’option ‘refus de tous les candidats’ dans les machines à voter (« for a ‘none of the above’ option on electronic ballot.)

Presque tous les électeurs irlandais – seuls encore quelques bureaux tests doivent être installés – votent avec des bulletins en papier, mais les gens de ‘none of above’ anticipent déjà le moment où le vote électronique aura été généralisé. Le site qu’ils ont mis en place associe informations pratiques, qui expliquent les règles électorales, et les revendications. Un mélange de CIDEM et

 

La priorité aux principes républicains

 

d’Association pour la reconnaissance du vote blanc. Ils désirent étayer plus profondément leurs motivations et s’interrogent sur le sens de l’acte électoral ; ils recourent pour cela à des travaux univer-sitaires et citent par exemple – comme nous – Robert Dahl. Ils s’appuient sur les textes fondant les droits de l’homme pour renforcer leurs propos, la Convention européenne des droits de l’homme que nous avons utilisée ou le Pacte international des droits civils et politiques de l’ONU – 1966 – que nous ne connaissions pas (l’article 25b dit : "Tout citoyen a le droit et la possibilité... de voter et d'être élu, au cours d'élections périodiques, honnêtes, au suffrage universel et égal et au scrutin secret, assurant l'expression libre de la volonté des électeurs.».) Mais surtout, ils ne font pas du vote blanc une arme politique pour eux-mêmes ; il le sera pour l’électeur qui le jugera utile et qui y mettra sa volonté propre, émanant de son libre arbitre et non issue des ‘conseils’ de mouvements officieux. Ils précisent d’entrée que leur campagne n’est pas hostile aux candidats : “elle est fondée sur la croyance que la majorité des hommes politiques sont honnêtes, travailleurs et de sincères serviteurs du domaine public. Et sur le respect authentique pour toute personne se présentant comme candidat. ” Egalement, leur action ne vise pas à encourager les électeurs à choisir l’option ‘none of the above.’

 

Il reste à savoir ce qu’ils attendent comme traduction de ce type d’expression électorale lors du dépouillement. Le site ne le dit pas. Il faut se référer à un rapport rédigé en 2004 pour se faire une idée à ce sujet et en arriver à la conclusion qu’ils tâtonnent. C’est à une politologue de Dublin, Karen Devine, qu’il a été confié. La trentaine de pages qu’elle remet est très proche dans l’esprit des propos tenus par le site ‘none of the above’ ; elle est en effet membre de ce mouvement. Dans un paragraphe, l’universitaire envisage le cas où ce vote aurait une influence :“Si une majorité (50% plus un) des votes déposés par un collège électoral est pour ‘none of the above’ ou si plus de 35% de l’électorat vote ‘none of the above’, alors les partis politiques auront six à neuf mois pour sélectionner et présenter de nouveaux candidats (pour ceux qui n’avaient pas atteint un certain quota) en vue d’une nouvelle élection.” Comme plus tôt dans le rapport elle écrivait que si les ‘none of the above’ l’emportaient, “les candidats auraient à se débrouiller pour comprendre pourquoi les électeurs n’ont pas voté pour eux. Donc, le ‘none of the above’ a le pouvoir d’agir comme un catalyseur pour un changement politique favorable à chacun, notamment ceux qui sont aliénés et non favorisés par le système ” – ceux soumis à une pression extérieure – on peut en déduire que ce point lui tient à coeur. Pourtant, dans le paragraphe suivant, elle se montre plus modérée : “Des propositions concrètes relatives à la mise en pratique de l’option ‘none of the ‘above’ sont extérieures au champ de ce rapport ; ce rapport est simplement concerné par la proposition d’un argumentaire en faveur de l’option ‘none of the above’ et la nécessitéd’un débat sur comment traduire ce choix dans le système électoral irlandais. Cependant, à court terme, une option ‘none of the above’ serait très facilement incorporée dans le vote électronique en qualité de choix non contraignant qui permet à l’électeur de faire enregistrer sa volonté élec-torale (sans effet électoral) selon laquelle aucun des candidats ne seraient son ou ses représentants.” On peut appeler cela la politique des petits pas

Des parlementaires irlandais aussi frileux que les français

 

Ce qui est étrange dans le cas irlandais, c’est l’absence de référence à la pratique en cours, avec les bulletins papier. Les gens qui ont créé le site se sont-ils battus auparavant pour défendre les mêmes valeurs ? Leur inquiétude semble naître avec l’annonce faite par le gouvernement de généraliser le vote électronique pour 2004. Karen Devine consacre l’essentiel de son rapport à pointer du doigt le risque qu’il n’y ait pas de touche ‘vote blanc’ sur les machines et que l’électeur n’ait le choix qu’entre un candidat ou le non vote. Pour repousser ce risque, elle développe largement les raisons qui expliquent la nécessité d’assurer le secret du vote. Selon elle, il reste un nombre difficile à évaluer, certes minoritaire mais non négligeable malgré tout d’électeurs qui vote sous la pression de personnes plus puissantes. Si la machine n’offre pas la possibilité d’un vote équivalent au vote blanc – les universitaires du CEVIPOF seront ravis de retrouver l’idée qu’une personne qui vote sous la pression sociale choisit iné-vitablement le vote blanc ! – l’électeur concerné ne votera pas et celui qui fait pression pourra le constater dans les registres électoraux. Le raisonnement semble tordu mais cela vient sûrement du fait que l’on maîtrise mal les arcanes d’un système et que certaines subtilités nous échappent.

 

Vue de France, l’inquiétude paraît exagérée. Ici, dans les bureaux où une machine à voter a été installée, une touche ‘vote blanc’ était prévue ce qui constitue un progrès par rapport au papier puisqu’aucun bulletin papier ‘vote blanc’ n’est disponible dans les bureaux de vote; le problème reste l’annulation de ce choix. Mais soyons sur nos gardes. Karen Devine précise qu’il est initialement prévu une touche ‘abstain’. Sauf que le ministère chargé des affaires électorales – ‘département de l’environnement et du gouvernement local’ - a décidé de remplacer la touche ‘Abstain’ par l’option ‘choisir une langue’, afin de permettre aux électeurs de voter en anglais ou en irlandais. Louable préoccupation qui aurait pu être résolue en rajoutant une touche supplémentaire au lieu d’en supprimer une pour la créer. K. Devine dit que c’est un subterfuge pour retarder l’installation du vote électronique et trouver une excuse pour expliquer que la date de 2004 ne sera pas respectée.

***

Les créateurs du site lancent une pétition pour renforcer leur requête. Mais ils ne négligent pas pour autant le rôle des hommes politiques. La collecte de leur soutien n’est pas plus facile qu’ici. On peut lire que seul le leader de l’opposition – qui sûrement changera d’avis quand il aura accédé au pouvoir, NDLR – le ou la députée Enda Kenny a reconnu en février 2004 que “c’est le droit d’une personne d’avoir l’occasion de voter contre tous les candidats ou de voter pour l’un ou l’autre d’eux. ”. Trois ans plus tôt, un autre député, Belton, s’inquiétait : “le principal problème que nous avons est d’amener les gens à voter. Il semble être admis que le vote ou les élections sont juste faits au bénéfice des politiciens, mais c’est le système du peuple. Le peuple possède notre système démocratique et ce fait n’est pas assez souligné... Le pays qui ne protège pas sa démocratie et ne la renforce pas accroît sa responsabilité en la laissant décliner.” La classe politique irlandaise devrait être mûre pour l’option ‘none of the above’ reconnue, mais nous sommes bien placés pour savoir que de la parole à l’acte il y a une marche.


Date de création : 04/12/2006 @ 14:22
Dernière modification : 04/12/2006 @ 22:40
Catégorie : Membres du collectif - Irlande
Page lue 4139 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !